Image default
A la une Sport

Guide des pistes cyclables de Nation à Porte Dauphine

Depuis le début de la grève, le nombre de cyclistes aurait plus que doublé à Paris.  Engouement temporaire ou culture du vélo parisienne ?  Sur la 2 est parti évaluer l’état des pistes cyclables de Nation à Porte Dauphine. 

Le vélo se fait peu à peu une place dans le quotidien des Parisiens. De septembre 2018 à septembre 2019, le nombre de cyclistes dans la capitale a augmenté de 54%. La grève des transports en a motivé plus d’un à grimper sur une selle pour leurs déplacements journaliers. La reprise progressive des transports ne semble pas faire taire cet engouement.

Qu’en est-il de l’état des pistes cyclables le long de la ligne 2 ? Une habituée du trafic parisien à deux-roues, et une autre n’ayant pas mis les pieds sur des pédales depuis six ans se sont aventurées sur ce parcours long de 14 km. Spoiler alert : les deux sont arrivées en vie.

Le départ est prévu à 14h depuis la place de la Nation. Une première difficulté se présente : trouver un Vélib’. Une station, deux stations, trois stations, et 20 minutes plus tard la route vers porte Dauphine peut débuter. Fausse alerte, le vélo en libre service lâche au bout de quelques mètres. Les recherches reprennent. 

Des « zones de rencontre » ont failli remplacer les pistes cyclables du boulevard de Belleville. Une initiative abandonnée en février 2019 après un débat houleux. / Léa Dandois Delaigue

Les premiers coups de pédales nous surprennent : de Nation à Colonel Fabien les pistes cyclables sont délimitées et séparées de la route par un terre-plein. Ces pistes cyclables, parfois bidirectionnelles, offrent un déplacement sécurisé (à condition de bien respecter les feux rouges). Mais attention, une camionnette garée sur la file est si vite arrivée. Dans ce cas, il n’y a pas d’autre choix que de côtoyer les moteurs vrombissants des scooters et automobiles sur la voie principale.

 

 

 

Cohabiter avec les scooters

Faire du vélo sur un trottoir peut entrainer une amende de 135 euros. Ici, un passage sur la voie des piétons s’impose. / Léa Dandois Delaigue.

De Jaurès à Stalingrad, une cohabitation avec les deux-roues motorisés s’impose. Il faut savoir jouer des coudes pour filer tout droit vers porte de la Chapelle. Après une mise en jambe sereine, le parcours s’intensifie arrivé à cette portion. En raison des embouteillages, les intersections sur ce secteur peuvent savérer particulièrement périlleuses. Nous préconisons un échauffement du cou afin de bien vérifier ses angles morts. Les voitures voulant couper la piste pour tourner à droite auront bien vite oublié la notion
de priorité. La piste est pourtant séparée de la route, mais les impatients bloqués dans les embouteillages prennent d’assaut la voie des cyclistes. Impossible de suivre la piste. Une solution : un passage éclair sur le trottoir. 

Cette piste longeant la frontière du IXème fait figure d’exception dans cet arrondissement. Ailleurs, les cyclistes doivent se contenter des couloirs de bus. / Léa Dandois Delaigue.

La piste reliant Barbès à place de Clichy est de loin la plus agréable du parcours. Vous longerez la frontière du IXème arrondissement entouré de bosquets, sur une piste sécurisée. Nous sommes tout de même loin des larges pistes reliant la place de la Concorde à celle de Bastille, développées dans le cadre du plan vélo 2015-2020 de la maire de Paris, Anne Hidalgo. De Barbès à Clichy, apprenez à éviter les touristes. Une photo du Sacré Coeur ne vaut pas de se faire renverser par un deux-roues.

 

 

 

Disparition des pistes cyclables de Villiers à Porte Dauphine

À Villiers, les complications s’annoncent. Il existe bien un marquage pour les vélos mais les pavés complexifient la tâche. Nous recommandons des suspensions de qualité, ou bien un gainage d’athlète. D’autant qu’il ne s’agit que d’un avant-goût de ce qu’il vous attend : pavés, circulation et absence totale de piste cyclable seront de mise jusqu’à l’avenue Foch. Un moment d’hésitation et nous sautons de la selle pour continuer pieds à terre de Ternes au rond point de l’Étoile. Ce types de situation devraient peu à peu disparaître. La mairie de Paris entend atteindre les 1 400 kilomètres de pistes cyclables fin 2020. Soit 400 kilomètres de plus qu’aujourd’hui. 

La mairie de Paris entend rouvrir le tunnel de l’Etoile aux piétons et cyclistes. Cette voie permettant de passer sous le rond point, avait été fermée en septembre 2015. / Léa Dandois Delaigue

Au loin apparaît la place Dauphine. Il ne reste plus qu’à traverser l’avenue Foch. L’adrénaline tâchera de vous faire oublier vos jambes qui commencent à cramper. Les voitures lancées à pleine vitesse sur l’avenue pavée frôlent les roues de votre vélo. Au sol de simples marques délimitent la bande réservée aux vélos. Dans ces conditions dantesques la fin de parcours semble bien longue. Le rond point de la place Dauphine se dessine. Respirez vous êtes arrivés. 

Repérez les principales difficultés du parcours sur notre carte interactive :

 

 

Articles connexes

La place de la Nation s’illumine contre la réforme des retraites

Alice Bouviala

Action Barbès, quand le budget participatif devient un moyen de peser

cgueuti

Privateaser fait trinquer les petits patrons

Clara LAHELLEC