Image default
Dans les grandes lignes Pêche à la ligne

Une trentaine de voitures vandalisées Porte-Dauphine

Depuis janvier 2019, une trentaine de voitures garées aux abords de l’université Dauphine | PSL ont été vandalisées. Malgré les plaintes déposées, le phénomène se poursuit, touchant, en premier lieu, les étudiants.

Vitre cassée, banquette retournée, verre pilé répandu sur le sol… C’est dans cet état que Mathieu El Dahaby, étudiant en master à Dauphine | PSL (XVIe arrondissement), a découvert sa voiture stationnée aux abords de l’université. C’était le 10 avril 2019. Il est 19h, le jeune homme gare son véhicule avenue de Pologne puis se rend à la bibliothèque universitaire. Lorsqu’il revient sur les lieux deux heures plus tard, la petite vitre située à l’avant, côté passager, est brisée. A l’intérieur des traces de pas sont visibles sur les fauteuils.  « On m’a volé toute la petite monnaie qui se trouvait dans la voiture et la banquette était rabattue. », raconte l’étudiant.

A l'avant d'une voiture, côté conducteur, des éclats de verre se trouvent au niveau des pédales. Trois bouteilles en plastiques jonchent également le sol.
La voiture de Johan Choucroun a été fouillée alors que le jeune homme était stationné derrière l’université. © JC

Et le cas de Mathieu est loin d’être isolé. Depuis le début de l’année une trentaine de véhicules ont été vandalisés aux abords de l’université. A chaque fois la même technique est utilisée par le ou les voleurs. Les voitures visées sont celles qui ont une custode : petite vitre triangulaire située au niveau du rétroviseur. Plus simple et plus rapide à briser que les vitres latérales, une fois cassée, il est facile d’accéder à la poignée intérieure de la portière.

Certaines voitures vandalisées à plusieurs reprises

Ainsi Johan Choucroun, également étudiant, a vu sa voiture être vandalisée à deux reprises. La première fois, le jeune homme était stationné avenue du Maréchal Fayol. « En me rendant à mon véhicule j’ai vu quelques voitures avec leur vitre brisée. Lorsque je suis arrivé devant la mienne j’ai ouvert la portière. Et là j’ai retrouvé plein d’objets étalés sur le siège alors qu’ils étaient normalement rangés. Ma vitre était cassée. Ma voiture avait été fouillée. La même chose m’est arrivé une semaine après avec la vitre symétrique alors que j’étais garé avenue Foch. », détaille-t-il.

Face à ces actes de vandalisme, et malgré les plaintes déposées, certains étudiants décident de ne plus se rendre à l’université en voiture. C’est le cas de Clément Rochon : « Depuis plus de deux ans, je viens souvent avec ma voiture à Dauphine. Je me suis toujours garé là où les faits se produisent, tout simplement parce que c’est le seul endroit où il n’y a jamais de contrôle de stationnement ! Mais j’ai été moi-même victime deux fois d’un bris de glace, avec un vol la première fois. Je préfère éviter de venir en voiture pour l’instant. »

 

D’autres actes de vandalisme commis dans le Bois de Boulogne

Selon l’adjoint chargé de la sécurité et de la prévention de la délinquance à la mairie du XVIe arrondissement, Gérard Gachet : « Ce genre de phénomène est très courant dans le Bois de Boulogne. ». Pour lui, ces actes de vandalisme seraient l’œuvre de « bandes d’Europe de l’Est » qui auraient pour « spécialité » de s’attaquer aux voitures garées dans le bois.

Les étudiants ne sont pas les seules victimes. En février dernier, une trentaine de voitures avaient été vandalisées près de l’hippodrome d’Auteuil. Les établissements situés aux abords de l’université connaissent aussi le même phénomène. Au centre équestre l’Etrier de Dauphine, deux employés ont retrouvé leur véhicule fouillé à de multiple reprises. Là encore, les voitures visées étaient celles avec des custodes. Finalement, les seuls lieux du bois semblant échapper à ces actes sont ceux munis d’un parking privé et surveillé : au Pavillon royal un maître-chien fait des rondes régulières, alors que le parking du Golf du Bois de Boulogne possède, lui, des caméras de vidéosurveillance.

 

A lire aussi :

On a couru pour vous : la Course pour l’Égalité

No bar’s land à Paris-Dauphine

Articles connexes

Gaston, le pompiste qui vient à vous

Isabelle Cormaty

Aux Plateaux Sauvages, la culture s’ouvre aux migrants

Apolline Guillerot-Malick

La Perm’ Belleville, le phare associatif qui fait des vagues

François Chagnaud

1 commentaire

Gaston, le pompiste qui vient à vous - Sur la 2 30 avril 2019 at 6:37

[…] A lire aussi : A l’université Paris-Dauphine, une trentaine de voitures vandalisées […]

Répondre

Laisser un commentaire